Skiroule n’amasse pas mousse!

Un coin de l’usine familiale

Bien que l’invention de la motoneige nous ramène vers 1935 avec Joseph-Armand Bombardier, l’expansion réelle de cette industrie se passe principalement entre 1959 et 1971. De sa fondation en 1967 jusqu’à sa fermeture en 1976, la compagnie Skiroule, située à Wickham, contribue de façon exceptionnelle à l’évolution de la motoneige, notamment avec son modèle RTX. Tout débute en 1963 avec le jeune Réjean Houle voyant sa première motoneige. Il décide alors de s’en construire une dans un coin que son père lui octroie au sein de leur usine de machinerie agricole. Il nomme aussitôt sa première création « Skiroule », pour « Ski Réjean Houle ».

Une croissance rapide

Durant les années 1964 et 1965, le jeune passionné parvient à regrouper une vingtaine d’autres personnes et à mettre sur le marché 20 motoneiges qui se vendront presque instantanément. Au cours de l’année suivante, l’équipe réussit à en fabriquer 200, puis 600 encore entre 1966 et 1967. La demande est si forte qu’il fonde enfin la compagnie en avril 1967. Ce sont les actionnaires qui pourvoiront aux postes dans la direction, et le vendeur Fernand Béland devient aussitôt vice-président. L’expansion est fulgurante. Entre les années 1967, 1968 et 1969, l’usine pousse sa production de 1 500 à 10 000, puis à 20 000 Skiroule… D’abord avec 100 employés, puis 260, puis 400. L’usine s’agrandit également à un rythme incroyable, passant de 30 000 pieds carrés à 60 000 puis à 100 000 pieds carrés de plancher. Malgré ses six camions délivrant les commandes nuit et jour, il peine à combler la demande pour ses distributeurs de l’Ontario, de la Pennsylvanie, de New York, du Wisconsin, des provinces maritimes et de l’Ouest canadien. Quel est donc le secret de son succès si explosif ?

La compétition, c’est du sérieux

La qualité des motoneiges Skiroule est bien sûr au cœur de la réussite de l’entreprise. Cette qualité vient du fait que les recherches et l’expérimentation se font simultanément lors du développement de chaque modèle Skiroule. Été comme hiver, les as-conducteurs employés testent les motoneiges en tant que cascadeurs dans les conditions les plus difficiles qui soit, et ce, dans le but d’améliorer le produit en vue des compétitions auxquelles la compagnie aspire à remporter tous les honneurs. En 1969, Skiroule espère gagner les épreuves d’endurance lors des championnats de Montpellier (Québec), de Woodbine (Ontario), de West Yellowstone (États-Unis) et du Wisconsin (États-Unis). Lors de la compétition O’KEEFE de 1970 sur la rivière Saint-François, les coureurs arborant la marque Skiroule remportent la majorité des épreuves. Parmi ces coureurs, nous retrouvons le célèbre pilote de Formule 1 Gilles Villeneuve, qui représente fièrement la compagnie durant plusieurs années, dont lors de la série Player’s Challenge où il termine à la deuxième place sur le circuit Mont-Tremblant au volant de sa Skiroule Spéciale.

Un vent de changement et d’ambition

Tout ce succès attire évidemment l’attention de capitaux étrangers. Le jeudi 23 octobre 1969, la compagnie américaine Coleman signe l’achat de cette entreprise de Wickham pour 30 millions de dollars, qui rappelons-le avait vu le jour moins de trois ans auparavant. Cette entente prévoit laisser la direction originale de Skiroule en place pour 2 ans, période durant laquelle l’entreprise connait une fabuleuse expansion. Hélas, à partir de 1972, le modèle RTX connait d’importants ratés qui mèneront rapidement la compagnie à la faillite en 1976.

En conclusion, nous pouvons dire que cette petite entreprise de Wickham aura véritablement révolutionné le monde de la motoneige, non seulement par ces méthodes de conception et sa qualité originale, mais également par la passion et l’amour du sport qui servirent de carburant à chaque Skiroule.

 Kévin Lampron-Drolet

Visuel : Motoneige Skiroule et son jeune pilote, 1970.

Source : Société d’histoire de Drummond, Fonds Pierre Dozois ; P184-019929.