Les Gretona, acrobates sensationnels de réputation mondiale sur un fil de fer. (Société d’histoire de Drummond, La Parole; 16 juin 1938)

Pour le meilleur et pour le pire, les cirques à Drummondville

 

Entre les deux Guerres mondiales, l’industrie du cirque américain connait de grands moments, bénéficiant de l’engouement des années folles, de la popularité du vaudeville, et de la montée du capitalisme de consommation. Malgré la crise économique de 1929, le Cole Brothers Circus, réussit à se démarquer de certains géants américains tels que les Ringling Brothers. Seulement six mois après sa création, en 1934, ce cirque devient l’un des plus importants des États-Unis grâce au génie de deux hommes d’affaires, Jess Adkins et Zack Terrell.

En juin 1938, le Cole Brothers Circus débarque à Drummondville. Le spectacle compte parmi ses têtes d’affiche le plus grand dompteur d’animaux de l’époque, le célèbre Clyde Beatty, ainsi que l’étoile renommée des films de Cow-Boys, Ken Maynard. Il y est présenté également nombre d’acrobates, de casse-cous et de trapézistes, tels que la troupe Gretona, les Flying Harolds, les Peerless Illington, et l’automobiliste Florenzo. L’un des numéros de la famille Gretona, par exemple, implique une bicyclette et trois acrobates : le premier pédalant sans toucher au guidon, le deuxième se tenant debout sur ses épaules, et le troisième, en équilibre sur le guidon la tête en bas et les jambes en l’air. Le tout se passe sur un mince fil de fer, et ce… sans filet de sécurité ! L’arrivée de ce cirque ne manque pas d’intéresser le jeune Lorne Cavell Elder, alors de passage à Drummondville et photographe amateur de grand talent. Il prit de nombreux clichés des préparatifs de l’événement, nous ouvrant ainsi les yeux sur la réalité des travailleurs de cirque à cette époque.

Après l’excellence du Cole Brothers Circus, il faut savoir que Drummondville connaît quelques déceptions concernant les spectacles circassiens. En effet, nombre d’individus conservent un mauvais souvenir du cirque Racine Greater Show qui dresse ses chapiteaux à Drummondville en 1963. Les autorités municipales reçoivent un grand nombre de plaintes et d’accusations de la part de citoyens qui disent avoir été molestés, volés, et agressés sur le site de l’événement, et ce, par des employés du cirque. La police est d’ailleurs amenée à accroitre la surveillance des lieux. C’est donc avec soulagement que Drummondville assiste au départ de la troupe après un week-end des plus mouvementé. En réponse à la tenue de ce spectacle, des mesures seront prises par la cité pour empêcher les cirques de venir s’y produire durant plusieurs années.

Bien que l’univers du cirque n’a donc pas toujours été des plus rose à Drummondville, le Cole Brothers Circus fait partie de nos bons souvenirs. Et avec le recul, nous pouvons être fiers d’avoir accueilli tant de ces artistes célèbres !