Lumières sur Osram Sylvania

En août 1949, une compagnie spécialisée dans la fabrication de produits d’éclairage loue les locaux de l’ancienne École d’Arts et Métiers, sur la rue Heriot, pour y installer une petite usine : cette compagnie, c’est la Sylvania Electric Canada Limited. Au départ, 25 personnes travaillent dans l’usine de 10 000 pieds carrés. La croissance de la production est toutefois si rapide qu’après seulement quelques mois, on se sent déjà à l’étroit dans les locaux de la rue Heriot. Dès 1952, la Sylvania achète donc un terrain de 20 acres situé entre le chemin de fer du CN et la rue Marchand. Grâce à une voie d’évitement, cet emplacement aura l’avantage de permettre aux trains d’entrer jusqu’à l’intérieur de l’usine pour y être chargés à l’abri des intempéries. La construction des installations est amorcée en août 1952 et prend fin en février 1953. Après une série d’agrandissements, l’usine atteindra une superficie de 372 000 pieds carrés.

En 1959, la maison-mère américaine de la Sylvania passe aux mains de la firme General Telephone and Electronics (GTE) : l’entreprise prend alors le nom de GTE Sylvania. Avec les années, la gamme des lampes produites dans l’usine de Drummondville s’étoffe de plus en plus : aux tubes fluorescents s’ajoutent bientôt des ampoules à incandescence, des lampes à vapeur de mercure, des lampes halogènes et des lampes-éclairs (les flashs d’appareils photo). En 1965, la GTE Sylvania invente le Flashcube, un petit cube de verre qui renferme quatre ampoules-flashs disposées sur ses facettes latérales. Contrairement aux lampes-éclairs à usage unique, le Flashcube permet de prendre quatre photos consécutives. Cinq ans plus tard, l’entreprise innove encore une fois en lançant sur le marché le Magicube, une variante du Flashcube qui fonctionne sans piles. Cependant, lorsque l’utilisation du flash électronique se répand au cours des années 1970, Flashcubes et Magicubes se retrouvent relégués aux oubliettes de l’histoire de la photographie.

Dans les années 1970-1980, l’usine de Drummondville emploie jusqu’à 750 travailleurs, dont la production annuelle atteint un moment 15 millions de lampes fluorescentes ; un article paru dans La Parole en 1976 mentionne que l’alignement de toutes ces lampes l’une à la suite de l’autre produirait un tube lumineux deux fois plus long que la distance qui sépare Halifax de Vancouver. En janvier 1993, la firme allemande Osram – une filiale de Siemens – fait l’acquisition de la GTE Sylvania, qui devient ainsi l’Osram Sylvania que nous connaissons aujourd’hui. Depuis la délocalisation d’une partie de sa production en Chine en 2008, l’usine Osram Sylvania de Drummondville produit chaque année environ 7 millions de lampes fluorescentes et emploie un peu plus de 130 personnes.

Martin Gagné

 

VISUELS : Détail d’une vue aérienne des premiers locaux utilisés par Sylvania Electric Canada Limited.