Les Frères de la Charité : Un immense héritage

Après avoir œuvré pendant plus d’un siècle à Drummondville, les Frères de la Charité, en quittant le 30 juin prochain, laissent un immense héritage à toute la population.

Tout a débuté il y a 103 ans, en 1906 : à l’invitation du président de la commission scolaire de l’époque, Napoléon Garceau, les Frères de la Charité arrivent ici fonder un collège commercial et un juvénat. Ils achètent un grand domaine qui va de la rue Hériot à la rivière Saint-François et y construisent le premier collège Saint-Frédéric qui reçoit, dès la mi-septembre 1906, un premier contingent de 40 internes, 50 externes et 30 juvénistes.

Dès 1907, les Frères de la Charité prennent charge de l’école Garceau de la rue Brock. Plus encore, ils lancent en 1928, rue des Écoles, la 2e école Saint-Frédéric qui se nomme Académie David jusqu’en 1935.

Plus que les édifices, c’est toute l’œuvre des Frères de la Charité qui es immense. Non seulement enseignent-ils aux garçons toutes les matières académiques de l’époque, l’initiation au commerce et aux affaires, mais encore s’impliquent-ils avec bonheur dans des domaines aussi variés que la recherche historique, la généalogie et les sports.

Ainsi, le Frère Côme Saint-Germain a réalisé une étude très fouillée sur les origines de Drummondville dans une œuvre de 1965. Le Frère René Desrosiers a écrit en 1983 l’histoire de sa paroisse natale, Saint-Guillaume. Que dire du dévouement du Frère Léo Descheneaux pour le sport amateur, qui lui a valu sa nomination comme 13e Grand du sport en 1991 et ka médaille de l’Assemblée nationale en 2008? De plus, les Frères se sont relayés pendant des décennies pour effectuer les relevés météorologiques quotidiens pour la région.

On pourrait ajouter des dizaines d’autres exemples du rôle éminent de ces religieux dans la collectivité drummondvilloise. Mais le plus grand héritage qu’ils laissent comme témoignage de leur dynamisme, c’est le Collège Saint-Bernard : construit par leurs soins en 1962, il forme des milliers de garçons et depuis 1970, de filles du niveau secondaire. En 1996, le Collège devient une institution laïque, s’agrandit et accueille depuis 2001 des écoliers de niveau primaire. Encore là, c’est un épanouissement qui prend sa source dans l’œuvre monumentale des Frères de la Charité qu’il convient de remercier de tout cœur.

Gérald Prince

 

Légende : Membres de la communauté des Frères de la Charité devant un gâteau jubilaire, en 1947 (Coll. SHD).