Le Dépanneur Hériot et le Carré Foster : un héritage commun ?

Drummondville, mars 1963. Comme tous les matins, André se rend au travail. Il franchit les portes de l’usine du 452 rue Heriot et croise, à l’entrée, toutes les pièces nécessaires à la fabrication des réfrigérateurs exposées sur un grand panneau mural. Lui et 27 autres employés se rendent à leur poste et débutent leur quart de travail à la Foster Refrigerator de Drummondville.

C’est en 1959 que George Haggerty, René Lapierre et Lew Groom, membres du Comité de promotion industriel de la ville, entament des négociations afin d’attirer la compagnie américaine dans la région. Ces derniers vantent les réalités géographiques, ainsi que la bonne coopération du Conseil municipal de la ville. Les investisseurs américains y voient alors une occasion intéressante et choisissent de s’établir, en juillet 1961, dans l’édifice de 12 000 pieds carrés qui accueillait a autrefois logé la Corona Velvets, l’École d’Arts et Métiers, puis la Sylvania Electric.

Rapidement, les locaux de la rue Heriot deviennent insuffisants pour l’entreprise qui dessert plusieurs pays comme le Ghana, l’Angleterre et le Canada. Dès juillet 1963, le nombre grandissant de commandes oblige la compagnie à tripler sa production. Elle décide alors d’aller de l’avant dans la construction d’une nouvelle usine située sur la rue Janelle, dans le nouveau quartier industriel. L’usine de 30 000 pieds carrés ouvre ses portes au courant de l’année suivante. Les vingt premières années d’existence de l’entreprise sont synonymes de développement et de croissance pour la compagnie qui se spécialise dans la confection de réfrigérateurs et de congélateurs destinés aux hôpitaux, aux restaurants, aux magasins, à l’aviation, etc. Les nombreux agrandissements de l’usine et le passage de 27 employés en 1963 à 170 en 1977, témoignent de cette croissance. Les crises économiques de la fin des années 1970 causent à l’entreprise certaines difficultés financières. Cette dernière doit même mettre à pied temporairement 87 employés en 1984, le temps que le plan de restructuration soit ratifié par le Banque de Commerce, bailleur de fonds de l’entreprise. La Foster maintient ses opérations durant encore plusieurs années, avant de fermer définitivement ses portes en mars 2008, laissant une soixantaine de personnes sans emploi.

Aujourd’hui, des dizaines d’étudiants du secondaire franchissent quotidiennement les portes du 452 Heriot pour y commander des friandises, une poutine ou une boisson gazeuse. Chaque jour sur la rue Janelle, divers employés et clients foulent le plancher des bureaux de l’Industrielle Alliance et de divers commerces avoisinants. Tous partagent un héritage commun, mais ne se doutent guère de l’histoire qui les unit, soit celle de partager les locaux d’une ancienne entreprise de Drummondville, la Foster Refrigerator.