Portrait de Frederick Earl Cartwright. (Société d’histoire de Drummond, Collection régionale ; C1)

Frederick Earl Cartwright : militaire pour la vie

 

Frederick Earl Cartwright est né le 6 novembre 1924 à New Glasgow (N-É); on prit l’habitude de l’appeler George, comme son père.  En 1928, celui-ci fut embauché comme chef cuisinier à l’hôtel Abenakis Springs à Saint-François-du-Lac, où il est décédé en 1932.

Hélène Ritchotte est née à Pierreville le 30 décembre 1924 ; déménagée à Drummondville, elle suivit le cours commercial au collège Ellis, puis fut embauchée à la Canadian Celanese où elle fit la connaissance de George en 1942.

Scout dans sa jeunesse, George a toujours manifesté une grande loyauté envers ce mouvement. Dès ses 18 ans le 6 novembre 1942, il s’est enrôlé dans le 9th Field Squadron des Royal Canadian Engineers, car il était naturel d’aller défendre son pays. Il a fait son entraînement à Saint-Jean, Petawawa … et devint opérateur radio, avant d’être envoyé outre-mer en 1944.

À bord d’un véhicule blindé, il faisait partie d’une unité de reconnaissance qui s’infiltrait derrière les lignes ennemies pour repérer les routes, ponts… afin de préparer le terrain pour les troupes canadiennes, mission à haut risque. Il a souvent vu la mort de près, ressentant continuellement la peur, la faim, le manque de sommeil.

Il fut rapatrié à l’été 1945, très heureux de la fin du conflit, car il a compris que la guerre est une catastrophe absolue, avec son lot de destructions, de souffrances et d’atrocités. George Cartwright était fier de ses états de service, mais il est toujours demeuré modeste, n’a jamais cherché à se mettre en évidence et à se vanter de ses exploits. Démobilisé, il est retourné à la Canadian Celanese, où il a passé 43 ans, gravissant les échelons grâce à son ardeur au travail et à ses compétences.

Hélène et George se sont mariés au presbytère de l’église Saint-Frédéric en février 1946.  Ils ont eu quatre enfants, Richard, Joan, Peter, Denis.  En 1966, ils ont fait construire une maison dans le quartier de la Celanese. Ils assistaient ensemble aux offices, à l’église catholique ou anglicane selon les circonstances.

En 1953, George s’enrôla dans la réserve du 46e Régiment d’artillerie de campagne ; musicien accompli, il mit sur pied une fanfare.  Avec les années, Il devint adjudant mais en 1968 son régiment fut dissous, et remplacé par le 6e Bataillon du Royal 22e régiment. Il s’est également impliqué dans le Corps de cadets ; il a donc été associé à l’armée pendant 37 ans, et toujours membre assidu de la Légion canadienne.

En 1963 Hélène s’est enrôlée dans le 46e comme commis de bureau et en 1968 a transféré au R22eR où elle acquit le grade de sergent.  Elle fut secrétaire de la Légion canadienne et de l’Association des Vétérans de Hong Kong durant plusieurs années.  Elle s’est aussi impliquée auprès des Dames auxiliaires de la Légion.  Le dimanche, le manège de la rue Saint-Louis était le lieu où les familles des militaires se réunissaient, dans un esprit de corps et de camaraderie.

George Cartwright est décédé le 17 juillet 2017.  Le 11 novembre, il a reçu à titre posthume la médaille de l’Assemblée nationale.

 

VISUEL : Portrait de Frederick Earl et Hélène Cartwright. (Crédit : Denis Grenier, photographe de Drummondville)