Drummondville, mois de juin 1826. Le chef-lieu de la petite colonie de la rivière Saint-François, fondée onze ans auparavant, compte alors une centaine d’âmes, pour la plupart des vétérans-soldats de la guerre anglo-américaine. Dire que les débuts de la colonie n’ont pas été faciles pour ces derniers serait un euphémisme : la qualité du sol déçoit, les premières récoltes sont peu généreuses, les rations promises par la Couronne sont nettement insuffisantes, sans compter les nombreux départs et l’épidémie de petite vérole qui menace la population déjà fragilisée par le dur labeur et le manque de nourriture. Néanmoins, certains choisissent de rester pour affronter leur destin. La société naissante est multiethnique et regroupe Anglais, Canadiens, Écossais et Irlandais, mais également des Italiens, des Polonais, des Suisses et quelques Français. Au fil des saisons, ces hommes de guerre sont devenus des hommes de paix. Ils construisent des cabanes en bois et s’installent à demeure, défrichent leur terre, l’essouchent et la mettent en culture. L’essentiel de l’économie locale repose toujours sur l’agriculture de subsistance, les surplus à commercialiser se faisant tout aussi rares que les routes nécessaires au transport des marchandises. Dédiés corps et âme à la colonisation, les habitants ne sentent pas l’empressement de financer