La découverte de nombreuses sépultures anonymes d’enfants autochtones en juin dernier à Kamloops, suivi de milliers d’autres à travers le pays, nous pousse à vouloir nous sensibiliser davantage aux réalités des communautés locales. Nous croyons que cela passe par la compréhension et l’éducation. Dans l’intention de cultiver le respect, l’intérêt et la curiosité pour l’histoire autochtone, il nous semble pertinent de partager cet humble survol de l’histoire des W8banakiak, mieux connu sous le nom des Abénakis, afin de retracer le prélude de leur arrivée et de leur installation dans la région. Dans la première moitié du XVIIe siècle, le territoire ancestral w8banaki, appelé Ndakina, fut largement réparti à travers la côte est de la Nouvelle-Angleterre ; principalement aux abords des rivières Androscoggin, Kennebec, Penobscot, Merrimack et Connecticut. Recouvrant une vaste terre, le peuple abénakis est composé de plusieurs communautés, notamment les Sokokis, les Norrigwocks et les Androscoggins. La vie se régule alors au rythme des saisons, profitant de la côte atlantique pendant l’été, et remontant au nord jusqu’à la rivière Saint-François pour la chasse durant l’hiver. Les raisons poussant les Abénakis à abandonner progressivement ce vaste domaine sont plutôt complexes, mais peuvent sommairement se résumer aux guerres anglo-wabanakis (1675-1763), dont la plus importante est la...

  La Société d’histoire de Drummond est fière de lancer le projet Collecte de mémoires, présenté par la Caisse Desjardins de Drummondville et réalisé dans le cadre de l’Entente de développement culturel de la Ville de Drummondville et du ministère de la Culture et des communications du Québec. Inspiré par la période historique que nous vivons actuellement, ce projet a pour but de mettre à l’abri du temps le quotidien de 100 Drummondvillois d’âges et d’horizons variés. Durant le processus entourant la création de la capsule temporelle, les participants devront recueillir entre 100 et 500 documents divers, tels que des photos de familles, des lettres, des factures, des curriculums vitae, des revues, etc. Sachez qu’un journal intime de 1998, des photos de 2005 ou encore un talon de paie de 2020 peuvent devenir des incontournables de l’histoire de Drummondville dans 60 ans. Si vous êtes intéressés à participer au projet Collecte de mémoires, il suffit de remplir le formulaire d’inscription disponible en ligne en cliquant ici ....