Bonjour à toutes et à tous,Nos locaux resteront ouverts au public à compter d’aujourd’hui, le 3 janvier 2022, sur rendez-vous seulement, pour une personne à la fois, et ce pour une durée indéterminée.Dans le but d’assurer la santé et la sécurité de nos employés et des chercheurs, plusieurs procédures sanitaires seront en vigueur dès aujourd’hui :- Prise de rendez-vous obligatoire au (819) 474-2318- Désinfection des mains à l’entrée de nos locaux- Port du masque en tout temps- Respect de la distanciation physique de deux mètres- Les chercheurs doivent fournir leur matériel pour prendre leurs notesSi vous avez la moindre question, n'hésitez pas à nous contacter par téléphone au (819) 474-2318 ou par courriel au gcormier@histoiredrummond.com !Toute l’équipe de la SHD vous remercie de votre compréhension et attend votre retour avec impatience ! ...

 Bonjour à toutes et à tous !Vous vous demandez ce que vous allez faire durant le temps des fêtes? Vous avez épuisé votre banque d’idées? Ne cherchez pas davantage! Nous vous avons concocté une activité qui vous sera accessible du confort de votre maison! Il s’agit d’un jeu d’évasion virtuel nommé Panne à l’usine! Le scénario gravite autour de la Canadian Celanese où vous incarnez un nouvel employé qui dès son arrivée, doit composer avec une panne d’électricité! Vous devrez résoudre des énigmes et vérifier le fonctionnement de machines pour ensuite tenter de remettre le courant!Cette activité entièrement gratuite est rendue possible grâce au Fonds culturel de la MRC de Drummond.Pour accéder au jeu d'évasion virtuel, cliquez sur le lien ci-dessous :https://histoiredrummond.com/events/panne-a-lusine/Joyeux temps des fêtes!  ...

 Bonjour,Suivant les recommandations du gouvernement, désirant aussi protéger à la fois, nos employés, bénévoles et vous tous, nous avons pris la décision de fermer notre bureau dès ce soir, le 20 décembre 2021 à 16h30. Nous espérons de tout cœur vous revoir dès le retour des fêtes le 3 janvier.Prenez soin de vous,Merci de votre compréhension!...

 De la part de toute l'équipe de la Société d’histoire de Drummond, nous vous souhaitons un joyeux temps des fêtes 2021! À ce propos, qui dit temps des fêtes dit cadeaux! Nous avons deux livres à vous proposer pour offrir ou pour vous-même!Le premier, Drummondville – Un héritage à relire est un recueil comprenant 60 articles historiques. Plus précisément, il s’agit de 50 articles revampés pour l’occasion ainsi que de 10 articles inédits. Ce recueil a été écrit par un collectif de 13 auteur(e)s passionnés issus de divers milieux. Vendu normalement au coût de 35$, nous vous le proposons à 30$ durant tout le mois de décembre.Le deuxième, La construction d’une vie, raconte ainsi les moments importants de la vie de Jacques Laferté et Mabel Perreault, tels que la fondation du magasin Jacques Laferté ltée en 1960, l’éducation de leurs enfants, ainsi que leurs nombreux engagements sociaux, notamment auprès de la Chambre de commerce des Jeunes et du Club Richelieu. Au fi­l de ce récit, différentes périodes marquantes de l’histoire de Drummondville sont également présentées, dont l’âge d’or de l’industrie du textile et la diversification économique des dernières décennies. Il est vendu au coût de 25$.Ils sont tous les deux disponibles à la Société d'histoire...

  Le nom Woodyatt rappelle la mémoire de James Blain Woodyatt, né en 1886 à Brantford en Ontario. Diplômé en génie électrique et à peine âgé de 30 ans, celui-ci est nommé directeur général et membre du Conseil d’administration de la Southern Canada Power (SCP), propriétaire du complexe hydroélectrique de la ville, pour qui il travaille depuis 1913. Parallèlement à ses efforts de mise en valeur de la centrale Hemming, Woodyatt envisage de transformer en un parc public une partie du vaste terrain détenu par la compagnie. D’abord envisagé sur les berges de la rivière Saint-François entre le pont Curé-Marchand et la rue des Forges, la compagnie d’électricité opte finalement pour l’aménagement des berges entre ce même pont et la rue Saint-Georges. Après quelques travaux, dont l’enfouissement des déchets s’entassant depuis des décennies au bas du Manoir Drummond, le parc est ouvert au public en 1930, lequel le désigne dès lors sous le nom de « Parc Woodyatt ». La SCP favorise alors l’installation d’équipements sportifs tels que deux courts de tennis et un jeu de croquet qui viennent s’ajouter à la patinoire « en bas de chez Schaefer » en place depuis 1925, et ce afin d’offrir des activités récréatives aux cadres des industries...

  La découverte de nombreuses sépultures anonymes d’enfants autochtones en juin dernier à Kamloops, suivi de milliers d’autres à travers le pays, nous pousse à vouloir nous sensibiliser davantage aux réalités des communautés locales. Nous croyons que cela passe par la compréhension et l’éducation. Dans l’intention de cultiver le respect, l’intérêt et la curiosité pour l’histoire autochtone, il nous semble pertinent de partager cet humble survol de l’histoire des W8banakiak, mieux connu sous le nom des Abénakis, afin de retracer le prélude de leur arrivée et de leur installation dans la région. Dans la première moitié du XVIIe siècle, le territoire ancestral w8banaki, appelé Ndakina, fut largement réparti à travers la côte est de la Nouvelle-Angleterre ; principalement aux abords des rivières Androscoggin, Kennebec, Penobscot, Merrimack et Connecticut. Recouvrant une vaste terre, le peuple abénakis est composé de plusieurs communautés, notamment les Sokokis, les Norrigwocks et les Androscoggins. La vie se régule alors au rythme des saisons, profitant de la côte atlantique pendant l’été, et remontant au nord jusqu’à la rivière Saint-François pour la chasse durant l’hiver. Les raisons poussant les Abénakis à abandonner progressivement ce vaste domaine sont plutôt complexes, mais peuvent sommairement se résumer aux guerres anglo-wabanakis (1675-1763), dont la plus importante est la...

  La Société d’histoire de Drummond est fière de lancer le projet Collecte de mémoires, présenté par la Caisse Desjardins de Drummondville et réalisé dans le cadre de l’Entente de développement culturel de la Ville de Drummondville et du ministère de la Culture et des communications du Québec. Inspiré par la période historique que nous vivons actuellement, ce projet a pour but de mettre à l’abri du temps le quotidien de 100 Drummondvillois d’âges et d’horizons variés. Durant le processus entourant la création de la capsule temporelle, les participants devront recueillir entre 100 et 500 documents divers, tels que des photos de familles, des lettres, des factures, des curriculums vitae, des revues, etc. Sachez qu’un journal intime de 1998, des photos de 2005 ou encore un talon de paie de 2020 peuvent devenir des incontournables de l’histoire de Drummondville dans 60 ans. Si vous êtes intéressés à participer au projet Collecte de mémoires, il suffit de remplir le formulaire d’inscription disponible en ligne en cliquant ici ....

  Peut-être avez-vous déjà eu la mauvaise surprise d’avoir une contravention pour excès de vitesse ou au contraire, peut-être avez-vous déjà eu la chance de compter sur l’appui d’un policier lors d’une mésaventure? Quoi qu’il en soit, les débuts du corps policier de Drummondville, chargé d’assurer la paix publique, datent d’il y a déjà plus d’un siècle. Bien qu’il semble y avoir eu plusieurs hommes désignés pour maintenir l’ordre durant le XIXe siècle, c’est en 1902 qu’est officiellement nommé Auguste Cloutier à titre de chef de police de la Ville de Drummondville. Celui-ci quitte son poste en 1905 pour devenir employé de la voirie, laissant sa place à Noël Boisclair qui cumule alors les responsabilités de chef de police avec celles de chef des pompiers. Les incendies étant l’un des pires cauchemars des municipalités jusqu’au début du XXe siècle, le service d’incendie est longtemps considéré prioritaire, au détriment de la force policière. S’assurant principalement du maintien de l’ordre à la même époque, ce sont les nombreuses bagarres mettant aux prises les clients enivrés des hôtels du centre-ville qui occupe régulièrement les constables. Le poids des responsabilités entre les pompiers et les policiers s’inversent toutefois progressivement avec l’augmentation de la densité urbaine, l’arrivée de...