La compagnie Eagle Pencil fut fondée en 1856 à New York par un immigrant allemand, Daniel Berolzheimer.  Eagle Pencil s’établit à Drummondville au 201 rue Saint-Jean en 1931, angle des Écoles, dans la bâtisse occupée auparavant par la Drummond Shirt Manufacturing Co., ensuite par la Canadian HW Gossard Co. (1919), puis par la Dominion Hosiery Co (1929).   On y produisait des crayons de plomb; le modèle Mirado était réputé pouvoir tracer une ligne sur une longueur de 60 km.  Par la suite s’ajoutèrent les plumes fontaines (1933), les marqueurs, les gommes à effacer (1945), les crayons automatiques, les stylos à bille et les crayons à mine de couleur Prismacolor et Canadiana (1952). Le bois utilisé dans la fabrication des crayons (cèdre de Californie) était importé, ainsi que la mine.  Celle-ci  se composait de graphite, d’argile et de cire, et sa dureté dépendait du dosage de ces divers matériaux. Un événement hors du commun se produisit le 5 mars 1940, quand à l’invitation du directeur de l’usine, M. Leonard C. Felser, le délégué apostolique Mgr Ildebrando Antoniutti fit une visite de courtoisie à Drummondville.  Il fut accueilli par le curé Georges Melançon et par l’évêque de Nicolet, Mgr Albini Lafortune, accompagnés par

En août 1949, une compagnie spécialisée dans la fabrication de produits d’éclairage loue les locaux de l’ancienne École d’Arts et Métiers, sur la rue Heriot, pour y installer une petite usine : cette compagnie, c’est la Sylvania Electric Canada Limited. Au départ, 25 personnes travaillent dans l’usine de 10 000 pieds carrés. La croissance de la production est toutefois si rapide qu’après seulement quelques mois, on se sent déjà à l’étroit dans les locaux de la rue Heriot. Dès 1952, la Sylvania achète donc un terrain de 20 acres situé entre le chemin de fer du CN et la rue Marchand. Grâce à une voie d’évitement, cet emplacement aura l’avantage de permettre aux trains d’entrer jusqu’à l’intérieur de l’usine pour y être chargés à l’abri des intempéries. La construction des installations est amorcée en août 1952 et prend fin en février 1953. Après une série d’agrandissements, l’usine atteindra une superficie de 372 000 pieds carrés. En 1959, la maison-mère américaine de la Sylvania passe aux mains de la firme General Telephone and Electronics (GTE) : l’entreprise prend alors le nom de GTE Sylvania. Avec les années, la gamme des lampes produites dans l’usine de Drummondville s’étoffe de plus en plus :

Vous souvenez-vous de Lionel Giroux et de son commerce d’appareils électroménagers du 252, rue Saint-Jean ? Lionel Giroux est né en 1914 dans une famille d’agriculteurs de Saint-Elzéar de Beauce. À la mort de son père, Lionel se retrouve – à l’âge de 14 ans – en charge de la terre familiale. Pendant près d’un an, il fait de son mieux pour s’occuper de la ferme, mais il se rend compte qu’il n’est pas fait pour l’agriculture. Avec sa famille, il déménage alors à Sainte-Marie de Beauce, où il travaille trois ans comme ouvrier. Après avoir suivi une formation en mécanique automobile à Québec, Lionel s’installe à Drummondville en 1932. Il est embauché à la Celanese en tant que mécanicien, poste qu’il occupera pendant exactement 20 ans. Bien qu’il soit doué pour la réparation des machines, Lionel n’aime pas vraiment le caractère routinier des tâches qu’il doit accomplir. En fait, il se verrait plutôt travailler avec le public. En autodidacte, Lionel parcourt dans ses temps libres des ouvrages de psychologie ou de vente au détail. De plus en plus, il songe à se lancer dans le commerce. En 1952, Lionel saisit l’occasion qui se présente à lui lorsque le fabriquant de réfrigérateurs

Le clocher de l’église St. George abrite une seule cloche qui rythme la vie de la communauté anglicane.  Elle convoque les fidèles à la messe.  Elle célèbre les mariages, les baptêmes, les visites épiscopales et les grandes fêtes religieuses.  Le son du glas signale la mort d’un de ses membres et accompagne le cortège funèbre jusqu’au cimetière.  Jadis, elle a servi d’alarme pour signaler les grands feux.  À contrario, elle s’est associée à des moments d’allégresse collective tels que la célébration de la fin des deux guerres mondiales. Cette cloche patrimoniale est aussi un objet d’art puisqu'elle est le fruit d’un travail spécialisé et soigné : elle doit être parfaite dans sa matière, dans sa forme et ses proportions, desquelles dépend un son juste et riche.  Enfin, elle est une pièce unique, puisque le mode de fabrication implique chaque fois la destruction du moule. Par qui diable cet objet si beau et parfait a-t-il été créé ? La cloche de l'église St. George, à l'instar de toutes les cloches d'importance, est «tatouée» de diverses inscriptions qui déclinent son identité.  Pour l'examiner de près, il faut cependant grimper les 15 mètres qui la séparent du sol par diverses échelles fixées à l'intérieur de la tour. 

Il y a cinquante ans de cela et beaucoup se souviennent de l'année 1962 comme l'une des plus mouvementées du XXe siècle à Drummondville et dans la région. À commencer par les élections! Tous les niveaux de gouvernement ont affronté le vote populaire en cette seule année. En premier, le monde municipal, le 1er mai, alors que le maire sortant Me Marcel Marier, recevait la vive opposition d'un ex-maire, le Dr Jean-Berchmans Michaud. M. Marier a été porté en triomphe par ses partisans dans les couloirs de l'hôtel-de-ville à l'issue du scrutin qui lui donnait une majorité de 435 voix (910 vs 475). Quelques semaines plus tard, le 18 juin, c'était au tour des élections fédérales dans Drummond-Arthabaska: le Crédit social a causé toute une surprise en faisant élire son porte-parole, David Ouellet, avec 4525 voix de majorité sur le député libéral sortant, Samuel Boulanger. Pendant son mandat d'une année, M. Ouellet s'est fait remarquer au niveau pan-canadien

Joseph-Germain Lampron est né le 4 juin 1909 à Ste-Monique. Il étudie à Nicolet puis à Montréal et débute sa carrière comme horloger sur les chantiers maritimes de Sorel, pour le gouvernement fédéral. En 1933, il épouse Alice Lebrun de St-Pierre de Sorel, puis vient s’installer à Drummondville pour démarrer sa propre entreprise. C’est à l’automne 1935 qu’est inaugurée la Bijouterie J.G. Lampron.  D’abord située sur le 3e rang (dans la portion qui correspond aujourd’hui à la rue Demers), cette bijouterie affiche une assez bonne croissance pour que son propriétaire décide de faire construire une nouvelle et moderne boutique à l’angle des rues St-Marcel et St-Jean en 1948. M. Lampron est un homme très engagé socialement. Chevalier de Colomb, membre de la Société St-Jean-Baptiste, il cumule divers mandats de présidence à la Corporation des Horlogers-Bijoutiers de la Province de Québec, à la Ligue du Sacré-Cœur et à l’Association des Hommes d’Affaires du Centre de Drummondville. Il s’illustre aussi dans la vie politique à titre d’échevin de Ville St-Joseph. À la fin des années 1940, M. Lampron multiplie les publicités dans les journaux. Argenterie, horlogerie, bijoux de luxe ou vaisselle haute gamme attirent une clientèle fidèle qui bénéficie d’un mode de paiement différé

À l’hiver 1536, une « Grosse maladie » (le scorbut) frappe cruellement l’équipage de Jacques Cartier. Des cent dix hommes cantonnés sur les rives de la rivière Sainte-Croix (aujourd’hui rivière Saint-Charles) à Stadaconé, vingt-cinq sont déjà décédés et le sort des survivants est pratiquement désespéré. Au hasard d’une promenade sur la glace, le capitaine rencontre Domagaya qui lui apprend comment, avec les feuilles et l’écorce d’un arbre, il s’en est lui-même guéri. En sa langue, cet arbre se nomme « annedda ». Un miracle, « un vrai et évident miracle » se produit ! En quelques jours, les moribonds recouvrent la santé; l’un des compagnons atteint de grosse vérole (syphilis) en aurait même été soulagé. Depuis près de cinq siècles, cette plante miraculeuse hante notre imaginaire québécois et se dérobe à l’investigation des chercheurs. Historiens, botanistes et ethnologues en débattent encore de nos jours. Alors que Marie-Victorin opte pour l’épinette blanche (Picea glauca (Moench) Voss), l’ethnobotaniste Jacques Rousseau, en 1954, publie la première étude (L’annedda et l’arbre de vie) minutieusement documentée sur le sujet. Divers aspects sont pris en considération : linguistique, historique, folklorique… Au terme de son analyse, le thuya occidental (Thuja occidentalis L.), affublé du nom d’arbre de vie dès le XVIe siècle

En juillet 1915, alors que la population de Drummondville fête le 100e anniversaire de fondation de son paisible hameau, le maire Alexandre Mercure annonce la construction prochaine d'un gigantesque complexe industriel destiné à la fabrication d'une poudre à canon sans fumée.  Une usine qui va embaucher jusqu'à 2500 personnes d'abord recrutées auprès des cultivateurs et des ouvriers de la région.  On fait également appel à des immigrés qui arrivent à Drummondville en train, à raison de 100 à 150 hommes, femmes et enfants par jour.  Ce sont des immigrants d'origines britannique, italienne, polonaise et russe.  L'usine est en activité 24 heures sur 24, six jours par semaine. On doit songer aux enfants qui errent dans ce tourbillon d'activités.  Dans un local loué 20 $ par mois d'Esdras Dumaine, la Commission scolaire de Grantham ouvre l'école de la Poudrière en septembre 1916.  Cette école est confiée à deux institutrices de mérite mais, au dire de l'inspecteur, «il en faudrait trois vu le grand nombre d'élèves de différentes capacités qui la fréquentent».  Faute de pouvoir monter des cloisons permanentes, on divise l'espace à l'aide de rideaux. Dans son rapport aux commissaires, à la fin de l'année scolaire 1916-1917, l'inspecteur note: «J'ai constaté un déplacement de

C’est en 1900 que Joseph-Eugène Marchand naquit, orphelin de père. C’est sa mère, Alma Bouchard, qui s’occupa du magasin général situé à Notre-Dame-de-Lourdes jusqu’à la majorité d’Eugène. Il épousa, en 1924, Blanche Cadotte et ils eurent 7 enfants, soit 4 filles et 3 garçons. En 1939, Eugène décida de venir s’établir à Drummondville avec sa famille. Il ouvrit une cour à bois qu’il exploita sous le nom de Marchand. Plus tard, il rencontra un ami qui lui conseilla de fabriquer des stores vénitiens. C’est donc en 1945 qu’il vendit sa cour à bois qui, fait à remarquer, sera convertie par le nouveau propriétaire pour devenir Marchand Petroleum. Cette transaction permit à J.E. d’acheter la machinerie pour fabriquer des stores. C’est ainsi qu’avec l’aide de ses fils et de quelques employés, il fonda son entreprise qui sera connue plus tard sous le nom de J.E. Marchand Ltée.  Il installa ses locaux dans sa cour arrière, au 319, rue Saint-Jean. Au début, on y fabriquait des stores horizontaux en bois qu’on vendait à la pièce. Très vite, J.E. diversifia ses produits et fabriqua des stores en métal et en aluminium, et ensuite, ajouta des toiles et des tringles pour les rideaux. Un peu plus tard,

À toutes les époques et dans toutes les sociétés, il est courant d’observer un nombre plus ou moins grand de crimes et de délits, commis par des gens mal intentionnés ou parfois réduits à l’indigence par la situation économique.  Ce contexte explique peut-être en partie les petits méfaits commis à Drummondville (12 000 habitants en 1931) à l’époque de la crise économique des années 1930.  En voici quelques exemples rapportés dans l’hebdomadaire La Parole. Un jeune homme qui était sur le point de se marier a été condamné en avril 1929 à trois mois de prison après avoir été surpris en train de voler des poules.  On le soupçonnait depuis longtemps d’être l’auteur de vols considérables de poules dont étaient victimes les cultivateurs de Saint-Germain et de Drummondville. Un résident d’Henrivassal (Sainte-Thérèse) entreprit toute une expédition en 1932 : il commença par voler un cheval dans le 5e rang et une voiture hippomobile à Drummondville.  Ainsi équipé, il était parti à l’aventure avec sa femme et ses sept enfants avant d’être arrêté à Beauceville, à plus de 200 km de son point de départ. Un individu du village Saint-Joseph qui avait battu une vache au point de lui casser une patte et une corne fut