La Société d'Histoire de Drummond
défraie la chronique

Fondation du club des Francs de Drummondville

Publiée le 18 July 2017 par Martin Bergevin
Dîner conférence du club des Francs de Drummondville, 1971. (Société d’histoire de Drummond, Fonds Journal La Parole; P89-710505-10)

Manoir Drummond, 15 septembre 1953. Un grand dîner réunissant une centaine de convives est organisé afin de marquer la fondation du club des Francs de Drummondville. Paul Côté, fondateur et président intérimaire, est tiré à quatre épingles. Le conseil provisoire a envoyé des dizaines d’invitations et nombreux sont ceux qui ont répondu à l’appel : autorités religieuses et municipales, présidents et membres de clubs, dont ceux de Magog, Granby, Longueuil et Montréal. Des représentants de Sherbrooke sont également présents afin de procéder à l’initiation des nouveaux membres de la section locale.

Durant la soirée, le maître de cérémonie rappelle les grands objectifs du club, c’est-à-dire organiser des rencontres régulières agrémentées de conférences; développer une fraternité chrétienne et un esprit d’entraide parmi les membres, leur donner l’occasion d’exercer la charité et le service social, ainsi que de leur procurer une solide formation religieuse. Il souligne également que les Francs trouvent leur origine en 1942 à Sherbrooke et que depuis, dix nouveaux clubs, dont celui de Drummondville, ont été fondés. Au cœur de la cérémonie, les initiés Antoine Biron, Paul Côté, Noël Sylvain, Paul Martel, Henri Précourt, Roland Bourgeault, Roger Lauzon, André Pinard, Martial Bellemare, Réal Comtois, Germain Letendre, André Pepin, Jules Saint-Pierre, Henri Drouin, Paul Bordeleau, Laurent Jutras, Gérard Champagne et Pierre Dozois récitent les promesses solennelles d’usage devant la foule attentive:

 
«Faire honneur à mon titre de Franc…
Me soumettre de tout cœur aux directives de l’Église et de ses chefs…
Traiter avec charité chrétienne tous les Francs…
Bannir toute critique malicieuse envers le club, ses directives et sa constitution…
Assister avec fidélité à toutes les réunions des Francs, autant que cela est possible…
Me prêter à tous les offices qui me sont demandés pour le bien des Francs…
Prendre part si possible à la retraite fermée annuelle des Francs…
Me montrer en toute occasion franc chrétien, patriote royal, et pour la cause des Francs…
Ne pas quitter les Francs sans des raisons approuvées par le comité exécutif…»

 

Les nouveaux membres signent ensuite le registre des engagements et reçoivent l’insigne des Francs. Dans la grande salle de réception, l’on scande la devise du club : «Solidarité, Soumission, Service». L’étendard franc trône au-dessus de la table d’honneur. Son emblème est constitué d’une feuille d’érable, recouverte d’un crucifix, et est croisé des drapeaux papal et fleurdelisé. À la base, on peut lire l’inscription «Francs». La cérémonie se termine par les allocutions bien senties d’Albert Poulin, président du club de Sherbrooke; de l’abbé Maurice Desfossés, du maire de Drummondville Antoine Biron et de Mgr L’Heureux. À la fin de la soirée, les Francs quittent le Manoir en promettant de s’y réunir tous les mardis soir à venir pour leurs rendez-vous hebdomadaires.

Partagez-nous

Partagez
Vos Souvenirs
Explorez
Nos archives